06/12/2005

LES FEUX D'AUTOMNE

 

J’ai beau avoir la tête de l’emploi d’éponge de comptoir ¾ temps à Recyclart, figurez-vous, mon bon Seigneur, ma crêpe Suzeraine, que j’ai été UNE FOIS dans ce récent tas de cendres du milieu du Bois de la Cambre qui s’appelait, jusqu’à hier soir, Les Jeux d’Hiver.

 

C’était il y a une dizaine d’années, avec ma copine de l’époque -qui a avait un peu le sang couleur Curaçao- et deux autres amies. Elles s’étaient toutes sapées paillettes-jupettes, moi, j’avais un blazer et je m’étais rasé. A l’entrée, King Con s’est dit qu’il avait une légende néanderthalienne à faire courir, aussi a-t-il joué son rôle de sale bête qui a tant fait jaser.

 

- Vous sortez d’où ?, qu’il a fait d’un raclement de gorge méprisant.

- Ben, de la voiture, a répondu l’une des copines en désignant sans trop faire gaffe vaguement l’endroit où était garé son cageot, derrière deux Porsche et trois Golfs.

 

Je dois avouer que malgré tout ce qu’on en racontait de mal, à cause de cette aura select, je m’attendais quand même à un truc vaguement décadent -style Studio 54 ou Le Palace- avec de la zique sexuelle, de la coke et des mecs qui se font tailler des turlutes sur les sofas autour de la piste. Evidemment, on s’est plutôt retrouvé au milieu d’une ambiance digne d’un jamboree scout à Knokke-Le-Zoute, avec des brêles à chemise à carreaux, des pulls bleu pétrole ou -pire, jacquard- autour du cou, qui n’y connaissaient rien à rien : les gens ont même hurlé sur Tainted Love comme si c’était la première fois que ce morceau passait en boîte. C’est dire.  

 

Je ne me rappelle pas de grand-chose d’autre, sinon. C’est même pas que c’était nul (une boîte nulle -le Palladium de Baisy-Thy, par exemple- garde un certain intérêt sociologique), c’est que c’était familial, ambiance barbecue dans un jardin de Linkebeek, avec le grand frère qui passe ses disques un peu spéciaux (Donna Summer plutôt que Dalida, quoi) et la tante ivre qui se fait encore remarquer.

 

Les gens n’étaient pas très festifs, non plus. Ca ne s’éclatait pas tant joyeusement la gueule que c’était là pour des raisons plus sordides : 1/ oublier l’ennui de vies sans danger, 2/ chercher le sexe mais chercher le sexe comme dans les bouquins de Houellebecq : moins parce que c’est bon que parce que c’est nécessaire pour ne pas sombrer.

 

Dix ans ont passé, évidemment. J’interprète des sensations presque oubliées, je me base sur des souvenirs réarrangés. Peut-être que ce soir là, j’ai juste ricané aux vannes des copines en picolant de la vodkanana alors qu’aujourd’hui, je m’imagine l’œil compatissant à des drames humains qui n’existaient peut-être même pas.

 

Reste par contre un fait indéniable : moi, je m’étais bien fait chier aux Jeux d’Hiver. Que cette boîte ne soit désormais plus qu’un souvenir, ça ne me fait donc ni chaud (haha), ni froid. Quand je passe devant cet hideux magasin de sport qui fut jadis La Gaité, par contre… Couic.

 

http://www.dhnet.be/index.phtml?content=http://www.dhnet....



17:30 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

Amusement Parks on Fire Moi aussi je n'y ai été qu'une fois (il y a un an à peine), et le public était encore le même que celui que tu décris... Zarbe !

Écrit par : Jérôme Vuitton | 06/12/2005

dancing queen Jo, t'es gentille de ne pas dépasser la marge!

Tiens, sinon, se rappeler les boîtes où j'ai déjà été: Aquarelle, Scala, Garage, Gaité, Palladium, De Molen, Manhattan, Escalier, Barbu, Fuse, Mirano, Manekin, celle à côté de La Maison d'Attila, Boccacio Life, Borsalino, Dirty Dancing, celle qui était sous la Grand-Place, London Underground (Fuenjirola), un machin gabber à Berlin-Est, Disque Rouge, Koomifo, Doudingue, Jeux d'Hiver, un terrible endroit Nothern Soul/hip hop à Dublin, Le Cactus, Vizio, Teatro... J'en oublie et je constate avec horreur que j'ai pas vraiment fréquenté les meilleures...

Écrit par : serge | 06/12/2005

Jo pour faire un espace tu tappes 32 en maintenant la touche ALT enfoncée.
capito? et va t'acheter un clavier au lieu de faire la pauvre alors que t'as un boulot en plus.

Écrit par : jklgsqmdj | 06/12/2005

pour une fois qu'il s'y passe quelque chose d'intéressant. c'est du balèze. le genre de fireworks que j'adore. le cashemire quand ça brûle ça fait des bulles. un jour j'me suis gaulé une (jolie) uccloise (donc rare) qui a tenté de m'y emmener avec ses (moches) potes, la chienne, raté. finalement c'est des sacrées chaudasses. elles sont servies maintenant.
r.i.p.

Écrit par : daddy lewitt | 06/12/2005

le Guéééms haaaa? c'est donc ça!... le super endroit délabré où BOUPS va faire sa free party du nouvel an?

Écrit par : | 07/12/2005

dommage Dommage que ça n'ait pas cramé quand il y avait du monde ! :D

Écrit par : Gdem2408 | 07/12/2005

Winter Games "Dommage que ça n'ait pas cramé quand il y avait du monde ! :D "

Même pour plaisanter, il y a quand même des limites à la connerie...

Écrit par : Albert | 07/12/2005

24h party people le truc à Dublin, c'était pas au sous-sol d'un "bar"ouvert en journée seulement, l'entrée de la boîte étant située dans la rue parallèle à celle de ce dernier? En dehors de ça, ai aussi été au "Beatles" sur notre côte belge...pas mal non plus dans un autre style...
Aux "games", m'y suis perdu 3 ou 4 fois...Me souviens qu'un bonhomme de la sécurité m'avais demandé, alors que j'étais à l'intérieur depuis quelques heures..., de remettre mon pull col roulé pcq j'avais un tshirt en-dessous... Crétin!

Écrit par : thevogues | 07/12/2005

Dublip Dublop Hmmm... Le truc à Dublin, c'était en 89 aussi, je crois donc pas qu'il existe encore. Les mecs ressemblaient tous à Nick Cave mais avec des sweats Adidas et comme alcool, ils ne servaient que du Martini mais alors à toutes les sauces (pur, avec du coca, du cécémel, de la bière...). Je sais plus comment ça s'appelait.

Écrit par : serge | 07/12/2005

Les commentaires sont fermés.