14/11/2005

VAGIN VS GLANDS

 

Jamais démissionnaire devant les aventures repoussant les frontières de mon âme, je me suis attaqué ce dimanche à la lecture des Monologues du Vagin de Eve Ensler. D’où évidemment naissance instantanée d’un trillion de bêtes feintes en tête mais aussi d’une réflexion angoissée quant à l’état mental de mes frères de couilles.

 

Je dois bien l’avouer, au niveau de la pratique sexuelle, je suis comme beaucoup d’hommes. Après une période plus ou moins longue où je roucoule le coït avec tant d’application que ce ne sont plus de simples orgasmes mais de véritables voyages astraux qu’expérimentent mes petites victimes, j’ai tendance à me transformer en gros beauf jetant juste une à trois fois par semaine sa turgescence contre les miaou-miaous conjugaux avec la délicatesse d’un avion-kamikaze. Avant de me récurer le surplus de sperme avec les draps de lit et de lire ma DH du jour en tournant le dos à la salope souillée; cela de préférence juste avant de vite ronfler du cul.  

 

C’est donc assez logiquement que Mademoiselle C pensait que certains passages des Monologues du Vagin me choqueraient. Tant de mots dans tant de phrases pour chanter ce trou mystérieux que je visite moins souvent que le blog de ce gros couillon de Jérôme Delvaux et ne lèche que lorsque j’ai une vaisselle oubliée à me faire pardonner (le vagin, pas Delvulve, heu… Delvaux), ça lui semblait en effet tip-top paré pour me faire réfléchir à l’importance de passer 67 minutes au moins autour du clitoris avant de tenter de me décharger le pylône de ses 6000 volts.

 

Hé bien, c’est raté, nananère… puisque ce qui m’a surtout choqué, c’est que ce bouquin puisse choquer, justement. Pas moi. Les autres. Qu’un petit machin sans prétention, plus mal torché et moins drôle que certains articles du magazine 20 Ans ait fait tant de boucan, voilà qui me fait en effet presque peur. Le succès du truc, son phénomène, est une solide piqûre de rappel quant au degré de connerie puritaine sévissant dans le monde une fois que je sors de mon chez moi, où le mot vagin prononcé à voix haute me fait moins rougir que répondre tonic (parce qu’un vagin tonique, ça se boit non sans déplaisir).

 

Bien sûr, je ne suis ni femme, ni en conflit avec une armada de grenouilles de bénitiers, encore moins né dans un tribu de rednecks des sables adeptes d’excisions en tous genres. Je n’aurais jamais de vagin, sauf si David Cronenberg tourne un jour des caméras cachées à Saint-Gilles. Et donc, comme ça me passe déjà assez bien au-dessus de la tête qu’il existe des cultures et des familles pour qui un tampon hygiénique est une preuve de l’existence du Diable, j’ai un peu de mal avec toutes ces histoires de vagins mal vécues. D’autant que je m’attendais à un truc fendard de discours lesbiens et revendicatifs dignes d’un commando SCUM, pas d’un petit machin qui s’excuse au moins 3 fois sur 90 pages de ne pas être politiquement correct. Bref, le fist-fuck frontal, oui, la recherche timorée du petit bouton, non.  

Et maintenant, retour aux casseroles, connasses !



19:33 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

Commentaires

rien à voir J'ai changé d'adresse mais j'ai oublié le mutapost. Oublié réparé.

Écrit par : HL | 14/11/2005

Moi je dis Du grand Coosemans que je lis là!

Écrit par : mco | 14/11/2005

Et-bien Mon-vieux-t'es-certaint-que-mademoiselle-c,existe?Mwoui-du-grand-coosemans-aussi-grand-que-la-taille-de-son-zizi!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : JO | 15/11/2005

erreur Je parlais aux gens qui savent lire, pas aux gens qui savent mesurer

Écrit par : mco | 15/11/2005

From Sclessin with love Il est vraiment ... Il est vraiment phénoménal, la la la ...

Écrit par : Jérôme Vuitton | 15/11/2005

t'es chiant tu me fais marrer devant mes collègues de taf..... j'ail 'air de quoi maintenant

Écrit par : Lvis | 15/11/2005

grr Tout,tout-on-pourra-tout-savoir-sur-le-zizi-de-casacosmini

Écrit par : jo | 15/11/2005

Les 2 V Très d'accord avec l'avant-dernier paragraphe. J'ai vu la pièce il y a quelques années, et j'ai été fort déçue: qui cela peut-il choquer mis à part des talibans ou des mamies saintes nitouches? La presse féminine fait mieux chaque mois!
Et puis c'est grave pour une pièce qui se veut démystificatrice de parler du mot vagin à la place de sexe, ou vulve. Qui a déjà CARESSE un vagin? Je me le demande!!

Écrit par : Holly G. | 15/11/2005

... est-il-possible-de-ne-pas-toujours-tout-intellectualiser?Ce-n'est-certe-pas-une-anthologie-du-vagin-mais-un-texte-plein-d'humour...Et-de-respect...-si-vous-voulez-du-plus-cru,du-plus-vulguère-lissez-la-mécanique-des-femmes.Ecrit-par-un-mec.Louis Calaferte-Ouvrez-un-peu-vos-yeux-blasé-et-chercher-l'origine-du-monde-de-Courbet...

Écrit par : jo | 15/11/2005

3 comments 3 commentaires, déjà, JO. Qu'est-ce qui ne va pas?

Écrit par : serge | 15/11/2005

... J'ai-denouveau-une-connexion-internet.voila!!!!

Écrit par : jo | 16/11/2005

Elle,écrit: "Elle écrit :
Torse nu, je t'écris. Je tiens ce stylo comme une bonne grosse bite. Tu éjacules de l'encre de Foutre. Retiens-toi, mon amour. La nuit est longue et je suis là. Devine ce qui t'attend? –
une énorme giclée de mon plaisir sur les poils de ton sexe"

Écrit par : moi | 16/11/2005

... Valérie Solanas über alles.

Écrit par : F. | 18/11/2005

yeah... well... may be not Dans 16 ou 17 ans, quand ma gamine aura 13 ans, peut-être que...

Écrit par : serge | 19/11/2005

Les commentaires sont fermés.