06/11/2005

OH MY FUCKING GOD!

 

Où j’apprends que David Cronenberg, que je considère comme l’un des réalisateurs les plus surestimés au monde juste bon à tourner des merdes gore intellectualisantes bêtes comme choux, s’attaque à l’adaptation du roman London Fields de Martin Amis, que je considère comme l’un des bouquins les plus atrocement estomaquants au monde.

 

Sur IMDB, le résumé fait peur : A psychic who has succumbed to a series of false premonitions contends with one that could be her final vision. Feeling compelled to patronize a London dive bar, she encounters two different men -- one of whom might be her killer.

 

Moi, je me souviens du bouquin comme d’un portrait fouillé d’un représentant de la petite pègre londonienne, d’une analyse finaude des amours ratées d’une grande solitaire, d’une tripotée de fantasmes angoissants dus à l’oppression de l’ambiance des grandes villes sur les paumés, d’un gros délire implacablement froid mêlant physique quantique et passions malheureuses.

 

Peut-être que je me gourre, je l’ai lu il y a presque 10 ans, je ne me souviens pas de tout, d'autant que ce n'est pas du tout une lecture évidente : faut s'accrocher au pinceau!  Peut-être donc que Cronenberg a raison : ce serait plutôt un thriller érotique macabre façon In The Cut avec Meg Ryan. Tant qu’il ne nous fait pas une merde kitsch comme 95% de sa filmographie (surtout Existenz et Naked Lunch)... Après tout, Dead Zone était très bien.

 

http://www.imdb.com/title/tt0404207/



00:06 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Cronenberg? C'est celui qui a fait existenz et crash, c 'est possiib ?

Écrit par : Flo | 09/11/2005

entre plein d'autres merdes Allez, j'ai vraiment bien aimé Dead Zone et Dead Ringers m'avait mis fort mal à l'aise à l'époque. Pour le reste, c'est une pub pour le Baygon Vert, la filmo de ce type : The Fly, Spider...

Écrit par : serge | 09/11/2005

Scanners, vidéodrome, the thing, chromosome 3 ça reste encore sympa pour de la sci-fi de série B, pour ceux qui ont la nostalgie du kitsch 80's. Et puis, sans lui, il y aurait beaucoup moins de samples sur les albums de meat beat manifesto.

Écrit par : Debbie Pinson | 10/11/2005

The Thing C'est John Carpenter. Et selon le degré de pétitude du spectateur, ça va du sous-Alien très nul au kif hilare. Le jeu sur console est par contre TER-RI-BLE.

Écrit par : serge | 10/11/2005

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOPSSSS! Autant pour moi. C'est vrai que je les confond tous, De Palma, Carpenter, Cronenberg: du pop corn movie au classique du cinéma, il n'y a qu'une marche recouverte de moquette rouge que les trentenaires nostalgiques n'hésitent pas à gravir.

Écrit par : Debbie Pinson | 10/11/2005

Les commentaires sont fermés.