24/09/2005

MON DISQUE A MOI

 

Cette nuit en travaillant, alors que tout le reste de la clique s’éclate à Recyclart, j’écoute l’album solo du chanteur des Tindersticks et je trouve cela aussi apaisant et chaleureux qu’un large et bon gros verre de Bailey’s. Voici la chronique publiée dans Voxer à ce sujet :  

 

Stuart A. Staples  Lucky Dog Recordings 03-04  Beggars Banquet

Souvent excellents, les Tindersticks n’ont jusqu’ici jamais réussi à dépasser le stade de groupe culte. Leurs aventures se suivent dès lors comme un feuilleton par des fans conquis depuis belle lurette par leur soul blafarde et cette pop claustrophobe ressemblant à une mise en abîme hazlewoodienne du quotidien le plus précaire. Ce nouvel épisode voit leur chanteur se réveiller seul dans le décor habituel. Il trouve rapidement ses marques, ose quelques innovations. La ligne de conduite, intransigeante, est malgré tout respectée : Paris Hilton ne portera jamais un t-shirt Lucky Dog. Reste une œuvre à la fois anodine et touchante, avec laquelle on peut avoir envie de s’endormir et qui réconforte lors d’une cuite solitaire. Bref, c’est la signature d’un ami.    

 

 http://www.tindersticks.co.uk/

 www.baileys.com



05:03 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.