05/09/2005

I WAS A TEENAGE WANKER

 

Quand, lors de dîners familiaux, le pousse-café de trop fait péter les digues de la contenance, mes parents se (me) posent généralement beaucoup de questions sur une partie de mon adolescence restée pour eux un mystère. Vers 1985-86, à l’âge où il faut selon eux commencer à fumer des clopes, caler sa bite partout où il y a des poils, mener des javes dantesques et courir le monde, je n’aimais en effet rien de mieux que de m’enfermer dans notre appartement devant la télé, le samedi soir, seul comme un pauvre hère.

 

Viol, trauma, dépression suicidaire, enlèvement extraterrestre… Tout leur semble plus plausible que la vérité pourtant imparable que voici. Les week-ends où ils allaient copieusement se saouler et où je désirais rester seul plutôt que d’aller dans la famille, chez des potes ou chez n’importe quel autre diable, tel était mon programme :

 

1. Ouvrir le bar et me concocter un ou deux martinis en faisant gaffe à ce que ça ne se voit pas trop (chercher une marque au bic sur l’étiquette…) Regarder les actualités d’un œil critique en bouffant des chips. Comme quoi, ronchonner à moitié bourré en mangeant chimique était déjà l’une de mes spécialités.

 

2. Devenir complètement dingue devant les Enfants du Rock, surtout Sex Machine avec Philippe Manœuvre et Jean-Machin Dionnet. Invoquer toutes les forces du cosmos et les Dieux de l’Olympe et du Walhalalala pour que moi aussi, j’aie un jour un boulot aussi cool et marrant et entouré de bombes sexuelles. Prendre des notes sur comment interviewer des groupes, comment les critiquer en se marrant comme un singe. Accessoirement, frénétiquement se masturber sur le générique avec Pauline Laffont, le clip version longue de Girls On Film de Duran Duran, les nanas dans le décor et Nadene Dark, la présentatrice aujourd’hui complètement disparue de la circulation, qui commentait le hard-core californien et la scène skate. Comme quoi, j’envisageais à la fois mon avenir professionnel et, oui, tout de même, le sexe m’importait.

 

3. Se faire assez bien chier entre la fin des Enfants du Rock et le début du film d’horreur de la Hammer sur BBC. Se ronger devant les interminables reportages de Match Of The Day… Zapper à la recherche de cul chez les Flamands mais les couilles déjà vides, donc sans vraiment le vouloir. Et puis, le générique avec les toiles d’araignée, la gueule de diable de Christopher Lee et les décolletés pigeonnants de Barbara Steele et Ingrid Pitt. Comme quoi, je devenais cinéphile et amoureux de la beauté faite femme plutôt que de la copine de classe avec ses comédons sur le tarin et sa passion pour les disques de Gazebo.    

 

Comme quoi, Cher Môman, Cher Pôpa, ça m’a plutôt bien servi, ces quelques mois de bulle complète devant la téloche : ils ont fait de moi ce gentilhomme du XXIème siècle que je suis aujourd'hui. D'ailleurs, trois mois plus tard, vous vous désoliez que je passe ma vie à la Gaité, à la Scala, au Garage et un peu moins au Mirano (sale con de chinois !).

 

http://www.hammerfilms.com/

http://home.earthlink.net/~gershom/steele.html

http://www.pittofhorror.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_enfants_du_rock



14:00 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (30) |  Facebook |

Commentaires

hahem c'est quoi le rapport entre chinois et mirano ?

Écrit par : simon | 05/09/2005

Bande de jeunes! Durant les années 80 et 90, à l'entrée du Mirano, il y avait un portier chinois qui à vue de pif devait pouvoir déchirer Hulk en deux avec son petit doigt. Non content de sa force physique, ce monsieur se positionnait également comme digne représentant de tout ce que la Chine véhicule de pire comme clichés (fourberie, cruauté, impassibilité devant la détresse humaine...) en prenant un malin plaisir à choisir qui entrerait dans le Mirano selon des critères connus de lui seul et parfaitement imprévisibles.

Ainsi m'a-t-on refusé en costard mais m'a-t-on laissé entrer au retour d'une salle Jefke, puant la bière, une veste de cuir déchiré et de la boue jusqu'à la taille.

Quand Le Chinois disait "NON", fallait pas non plus demander d'explication sous peine de voir l'horrible froncement de sourcils annonçant que notre vie sur Terre allait se terminer dans les 3 secondes suivantes.

Écrit par : serge | 05/09/2005

oui oui ! Je m'en rappelle très bien de ce gars, d'ailleurs il me faisait penser au chinois qui joue dans un James Bond, Goldfinger je crois, celui avec le chapeau melon.... même style.
Mwouarf, i used to love this club...

Écrit par : frax | 05/09/2005

Haut Cinq entre vieilles biques A fond qu'il ressemblait à Oddjob, ce salopard...

Écrit par : serge | 06/09/2005

.. Y'avait aussi lunettes noires pour nuits blances si je ne m'abuse.
Et les monty pythons flying circus sur télé 21.

Le chinois du Mirano par contre, il s'est pris un jour une balle dans le bide, si mes souvenirs sont bons.

Écrit par : HL | 06/09/2005

Portiers Ce chinois n'était sûrement pas pire que le gorille qui m'a cassé la gueule à l'entrée d'une soirée au Cirque Royal il y a deux ans. D'après le flic venu prendre ma déposition, le type était d'ailleurs un délinquant recherché.

Dans le genre "brutes épaisses", les portiers du Beach à Hannut n'étaient pas mal non plus...

Écrit par : The Gloth | 06/09/2005

beurk ça me fait gerber qu'un connard baraqué puisse décider qui entre ou pas. Moi je me souviens du connard du Palladium de Baisy-Thy qui refusait l'entrée aux maghrebins (vu à la télé, jamais été)... sauf quand 10 qu'on aime y tournait je pense !

Écrit par : Gdem2408 | 06/09/2005

les enfants du rock ... oui, fallait toujours un plan de rechange quand on prevoyait d'aller au mirano ...
on était jamais sur de savoir ... rentrer ...
un peu comme la roulette chinoise euhhh russe ...
et jamais insister sinon fini ... tu ne rentrais plus jamais ...

sinon je me reconnait aussi assez bien dans les programmes Télé du point 2 ...
let's go rock and roll ...
mais moi au point 1 c'était bacardi cécémel ... ( un truc de vacance en espagne ... )
et redecouvert bien plus tard dans pas mal de boite en flandre ... dont le boccacio ...
finalement serge, on surement du se croiser en toute fin de nuit à bruxelles devant un hamburger à la bourse ou une pitta rue au fromage ...

Écrit par : teddy | 06/09/2005

AH BEN TEDDY La théorie des six degrés de séparation au coefficient pita x 6 heures du mat/10 vodkas exposant poppers, c'est 100% de résultat positif.

Écrit par : serge | 07/09/2005

souvenirs Moi, j'étais plus un habitué d'une "boîte" dont le nom m'échappe...
Elle se trouvait rue du Lombart, au premier étage d'un magasin de meuble/antiquités. Un bar (un 2è vers la fin, style lounge) et une mini "piste". Brique aux murs, "lights"inexistants. Musique allant d'Eric B & Rakim aux Stone Roses en passant par les Cramps et Smiths.
Je regrette vraiment qu'il n'y ait plus d'endroit dans le style.
Quelqu'un s'en souvient?

Écrit par : thevogues | 07/09/2005

Wouuuuuuuuuuuuuche! Got it!
Le Planète Claire. Milieu années 90.
Perso, j'aimais pas trop.

Écrit par : serge | 07/09/2005

juste C'est ça!
Moi j'aimais bien! Pas trop de branleurs (ou alors pas plus que moi à l'époque...). Entre 91 et 94 si je ne me trompe. Le Beurs était aussi plus rock n roll avant la fermeture. Me souviens aussi avoir vu Mushroom de Massive mixer au bar du Sud devant 15 paumés. 'fo dire le Sud y avait rarement autre chose comme public). Mais ce que je regrette le plus c'étaient les concert au VK pdt la fermeture de l'AB... Elastica,Boo radleys,pulp,blur,slowdive,longpigs,cast,shed7,echobelly,verve,gene,sleeper,mojave,(marylin manson),suede,... J'avoue, y en a pas des masses qui ont tenu la distance mais bon, toute une époque...

Écrit par : thevogues | 07/09/2005

... Tiens, tant qu'on y est, le Nobo, qqun a fréquenté cet endroit ?

Écrit par : HL | 07/09/2005

May Be Damned ! Ce nom de Nobo me dit bien quelque chose mais incapable de me souvenir où c’était et ce que j’en pensais. N’était-ce pas cet adorable bar aux cubanitos sévèrement burnés qui se trouvait Rue de Flandres, excellente musique, super déco, jamais trop de monde ? Dans le même style et vers la même époque, j’étais surtout client du Chill Out Bar (le dimanche
au-dessus du resto Tambour, avec la fameuse vodka-gingembre). Le Sud au début, avec les bagarres de cacahouètes autour de cet escalier à ciel ouvert qui risquait de s’écrouler, c’était également top…

Écrit par : serge | 07/09/2005

... Les cubanitos, c'était pas au Zebra ? plutot rue Antoine Dansaert ?

Écrit par : The Gloth | 07/09/2005

NIC THE GLOTH Le Zebra, déjà infâme troquet s'il en est, n'est pas rue Dansaert mais place St-Géry. Ensuite, les cubanitos, il y en a beaucoup à Bruxelles mais le verre enflammé et tout et tout, je ne l'ai pas vu souvent.

Écrit par : serge | 08/09/2005

... Le nobo, c'est ce qui a succedé à la Scala si mais souvenirs sont pas trop mauvais.

Écrit par : HL | 08/09/2005

Juste... C'était pas le Zebra... le Zébu alors ? Je me souviens de sièges style "vache" et d'une sorte de mezanine...

Écrit par : The Gloth | 08/09/2005

BINGO! Le Zébu, oui, très bien...
Nobo, jamais mis un pied.

Écrit par : serge | 08/09/2005

Zebu M'en souviens très bien!
Et un resto "clandestin", le Kaput?
J'y avais joué avec mon ancien groupe. On bouffait pas mal et pas cher

Écrit par : thevogues | 08/09/2005

... C'est quoi ton ancien groupe?

Écrit par : serge | 08/09/2005

... Of course le kaputt. Le meilleur rapport prix/remplissage de panse de Bruxelles. Le mexican grill des bobos.

Écrit par : HL | 08/09/2005

Troisième âge Qui se souvient de la Haute Tension cette éphémère boîte où l'on risquait à tout moment de se faire soudainement gerber dessus alors qu'on s'envoyait gentimment des speedballs aux toilettes ? Sauvage à souhait.

Écrit par : Keith de Graceland - Berrypark | 08/09/2005

ancien groupe The True Story.
On copiait Blur et suede (comme bcp mtnt)mais à l'époque de blur et de suede...Et en bcp moins bien...Comique pcq je me souviens de Purple Hands qui eux jouaient du garage comme mtnt bcp en jouent. Comme quoi être en retard marche mieux qu'être en avance...

Écrit par : thevogues | 09/09/2005

Sans dec J'aimais bien Purple Hands.

Écrit par : serge | 09/09/2005

purple hands sans blague! Z avaient vraiment qqch!
Ils m'ont fait découvrir les compiles nuggets (peebles).
Le batteur est ds agent 5.1 mtnt...avec Johanne de Popscene (y avaient qques bons trucs aussi je trouve). Dans un autre style(pas le mien) mais de la même région et super sympa Janet Atkins.
A Mons ils avaient tous joué dans un festival aux côtés de Blur, Slowdive et Miranda Sex Garden(en fait annulé car un membre s'était fait démonté la veille dans un café de la fd place de Mons...).Me souviens aussi avoir vu Stereolab à l'arrière du "Coq Wallon", un café pourave de la gare de Mons.Et pourtant je ne suis pas de la cité du doudou....

Écrit par : thevogues | 09/09/2005

Ahlalala, les nineties... Ce qui est sûr, c'est queque le gros Guy avait du goût, contrairement à...

Écrit par : serge | 09/09/2005

groguy et Groovy Time était un chouette magasin! Il faisait aussi jouer qques groupes à Merchtem. Y avais vu Wedding Present.

Écrit par : thevogues | 12/09/2005

longcut rien à voir ici mais comment tu les connais? Suis fan aussi!
ai 3 morceaux:"a last act of desperate men"-"the kiss of" et "late night buss"(!!!!!!!!!!!!!!!)
Avais aussi vu leur clip genre concert dans maison.Top! Sur site de Xfm y a aussi qques morceaux videos live. L'idée du chanteur qui arrête de jouer de la batterie pour aller devant son micro quand chante, terrrrrrrippp!

Écrit par : thevogues | 15/09/2005

.......... Je les connais parce que j'ai un grrrrrrrrrrrrrrand esprit d'ouverture et une grrrrrrrrrrrrrande curiosité qui n'est pas conditionnée par Pure FM, les Sacrées Balloches et leurs bookeurs de nains acrobates et Coljon le Kojak, moi, mon brave.

D'ailleurs, l'autre maxi (A Quiet Life) est mieux encore que celui que tu cites.

Écrit par : serge | 16/09/2005

Les commentaires sont fermés.